MIG vs TIG: Les choix de soudure les plus courants

974
Partager :
MIG vs TIG

Le soudage fait référence à l’ensemble des travaux impliquant l’assemblage et la fusion des métaux pour former des pièces. En matière de soudure, les techniques MIG et TIG sont sans doute les procédés les plus utilisés. Chaque technique a ses propres caractéristiques et le choix vous revient en fonction des avantages que garantit l’utilisation de chaque méthode.

Les principes de base de la soudure MIG et TIG

La technique de soudure MIG est l’acronyme qui renvoie à Métal Inert Gas. Quant à la technique de soudure TIG, il s’agit de Tungsten Inert Gas. Voici les principes de base affiliés à la soudure MIG et TIG qui vous permettront de faire un choix optimal.

A lire en complément : Les dernières évolutions en matière de cybersécurité : ce qu'il faut savoir

MIG

La technique de soudure Métal Inert Gas est un procédé qui requiert l’utilisation d’un fil électrode. Le fil électrode est alimenté dans le pistolet de soudage et chauffé par un arc électrique. Pour rappel, cet arc électrique est situé entre la pièce que vous voulez souder et l’électrode.

Le fonctionnement de la MIG est tel que le fil électrode est recouvert d’un gaz de protection. Ce gaz (de l’argon par exemple) a pour rôle d’empêcher l’oxydation ou encore la contamination de la soudure.

A lire en complément : Touche Shift clavier : maîtriser les raccourcis pour une saisie rapide

TIG

À l’instar du précédent, ce procédé implique aussi un arc électrique comme source de chaleur. Le gaz inerte comme l’hélium ou l’argon permettra d’éviter les abords et le bain de fusion. Avec cette technique, le soudeur peut utiliser un courant continu lisse ou un courant continu pulsé.

L’utilisation de la technique de soudure TIG s’observe souvent pour des métaux comme le titane, l’aluminium et l’acier inoxydable.

Les différences entre la soudure MIG et TIG

La soudure MIG utilise un fil électrode alors que la soudure TIG nécessite l’utilisation d’une électrode en tungstène non consommable. L’autre différence est que la méthode MIG est privilégiée pour les métaux assez maniables. De son côté, la technique TIG est mise à contribution lorsqu’il faut souder des pièces de qualité supérieure (métaux fins, tuyaux ou tubes).

De plus, la MIG est considérée comme une technique rapide contrairement à la méthode TIG qui est un procédé lent. Cela se justifie par le fait que la première technique résulte d’un procédé automatique et que la deuxième est manuelle.

Pour finir, sachez que le gaz de protection dans la MIG sert à éviter la contamination de la soudure conçue. Alors que le gaz de protection pour la méthode TIG permet de protéger autant la soudure que la zone travail.

Les avantages et les limitations de la soudure MIG et TIG

MIG vs TIG

Comme dit plus haut, chaque technique de soudure présente des avantages ainsi que quelques inconvénients

MIG

La technique MIG est rapide, elle offre une vitesse de soudage élevée de même qu’une grande polyvalence. La MIG est généralement utilisée lorsqu’il s’agit de souder des métaux comme le cuivre, l’acier ou l’aluminium. Elle est compatible avec une panoplie de métaux à souder et vous permet de travailler dans presque toutes les positions.

Cette technique est facile à mettre en application et peut être utilisée pour des conceptions de type bas ou moyen de gamme. Comme limitations, la MIG est un procédé susceptible d’encombrer la torche. Cette technique peut entraîner des projections et des éclaboussures pouvant causer des blessures ou endommager l’œuvre.

TIG

Le principal avantage de la technique de soudure TIG est qu’elle garantit un travail soigné. Les risques de déformations sont limités, car c’est une méthode efficace pour une précision chirurgicale. Elle convient pour les conceptions de type haut de gamme qui nécessitent un certain esthétisme.

Les risques d’éclaboussures sont réduits, ce qui en fait une technique propre et sûre pour le travailleur. Comme limitations, il y a la lenteur de soudage et la complexité de cette technique.

Partager :